choc cytokinique suite

Publié le par member

suite  des 6 volontaires qui ont fait un choc

debut de synthese entre le NEJMed et l'article du new scientist.


prérequis : immunologie simplifiée :

sur la surface des cellules ( C ) il y a des recepteurs à  bcq de choses.
le recepteur recoit un agoniste ( stimulant ) ou un antagoniste ( inhibiteur )specifique  DE LA REACTION controlée par ce recepteur ( cette reaction la , et pas une autre , en general )
un agoniste ( + ) peut donc:
-stimuler une reaction qui inhibe  ( + ,  - )
- stimuler une reaction qui stimule ( + , +)

un antagoniste peut
-inhiber une reaction qui inhibe ( -, - ) = +  ( egal positivation de la reaction )
-inhiber une reaction qui stimule (  -, + )

les cellules blanches ont un double marquage par rapport aux cellules du corps
celui qui dit;" j'appartiens à l'individu X "
celui qui dit " j'appartiens à l'armée qui defend le corps de X contre toute agression exterieure ou interieure ( cancer )
Parmis ces militaires, il y a des soldats de bases et des chefs, des specialistes commando ( les T killer pour tueurs ) ... tout ce monde la, vadrouille, quitte le sang, peut aller faire un petit tour ailleurs dans les tissus, est capable de se mobiliser rapidement en cas de forte attaque, de se muliplier, d'aller à l'endoit où il faut.
Ce double marquage agit donc comme une sorte de securité, face à des elements hypermobiles qui pourraient en arriver à ne pas se reconnaitre entre eux.
L'analogie : il y a des autoroutes ( les vaisseaux sanguins ) où ces troupes passent, mais elles ont aussi capables de faire du tout terrain dans le corps, car rien ne les arrete.

Ces troupes suivent des stages de formation dans des endroits appelés ganglions lymphatiques, rate, plaques de peyer..où elles s'activent, se regulent, deviennent autres..

A la fin du stage, les cellules   sont controlées, palpées et detruites si pas conformes à l'attente du controle.
 
ce qui nous donne un autre marquage en plus :
je suis un CD 4 + ( j'ai recepteur CD4 +c'est à dire, j'appartiens à la troupe des regulateurs , de l'armée de defense , du corps de X )
soit  3 badges en gros..


Les Cellules  T sont importantes car parmis elles, il y a les regulateurs des reponses immunitaires ,  des  T suppresseurs, des T helper .

Experimentation de TGN 1412 : 13 mars 2006 à Londre.


Le TGN 1412 est un anticorp monoclonal ( AC)  de type IG M , super agoniste du recepteur CD28 qui stimule et induit la multiplication des cellules T.
Contrairement aux autres anticorps usés en clinique ou en tests, le TGN stimule directement la reponse immune in vivo. ( normalement lors de ce genre de stimulation, il faut 2 signaux pour activer les L T )  là on a crée ce superagoniste qui fonctionne sans l'autre signal , en se collant au recepteur nommé CD 28 )
Lors des eppreuves précliniques sur animaux, la stimulation du CD28 par les TGN a activé et multiplié preferentiellement les cellules de type  T2 helpers ( en particulier les CD4+ et CD 5+qui sont des cellules regulatrices, resultant en une lymphocytose ( augmentation des L ) transitoire sans effetc detectables toxiques ou proinflammatoires.

L'effet esperé est donc une regulation du systeme immun, capable d'ameliorer des maladies telle la polyarthrite rhumatoide et autres troubles auto immuns, dans lesquelles les  Lympho T ( L T ) attaquent les tissus de l'individu.

Le dosage utilisé fut 500 fois plus petit que ce qui fut utilisé chez l'animal ( souris ) lors des tests preliminaires, et personne n'aurait pu anticiper ce qui s'est passé.

Malheureusement ; l'inverse s'est produit  :  60 à 90 mn apres l'injection : tempete de cytokine ( au lieu de calmer l'immunité, on l'a "excité" ) et certains des 6 patient ont frolé la mort

Les cellules T et monocytes ont chuté à zero dans les premieres 8 heures ( ce ne fut pas une disparition totale, mais plutot une nouvelle repartition de ces C, qui ont pu se concentrer dans les ganglions lymphatiques et la rate ( bien que ces organes n'augmentérent pas de volume )

nb : les cellules ne sont pas mortes stricto sensu, elles ont quitté leur territoire vasculaire pour aller " ailleurs" dans les tisus, ou elles se sont accroché aux parois des vaisseaux ( marginalisation ) .E lles n'etaient plus mesurables.

On ne sait pas trop ce qui a causé cette tempete,on se pose la question de savoir quelles cellules etait initialement la cible des anticorps anti CD28, et on ne pense pas arriver à le savoir

Dans un commentaire accompagnant le NEJM, des immunologistes proposent des explications sur le fait que les anticorps ( AC ) aient reagi aussi differemment chez l'homme et les animaux
Une explication est  que les AC se lient et interferent aux CD28 recepteurs plus fort chez humain que chez animal, ce qui donne des resultats plus dramatiques
une autre possibilité : est que les cellules T des souris etaient plus dures à activer, car NAIVES ( souris elevées en conditions steriles, n'ayant jamais été exposées à des microbes )
 Ces C naives sont connues pour repondre moins fort à la stimulation du recepteur CD28, que les Cellules T mémoires ( comme celles des volontaires humains, qui ont rencontré des million  de microorganismes )

Recherche abandonnée du moins sur le plan clinique,( avec des humains ) bien que certains optimistes dont steven Rosenberg, et son equipe,qui luttent contre les cancers du rein et de la peau avec une autre sorte d'AC, disent que l'on doit construire a partir de ces resultats , en non abandonner

Publié dans Immunologie de base

Commenter cet article