virus chez les chats / Indo

Publié le par member

Deadly H5N1 may be brewing in cats

  • 24 January 2007
  • Debora Mackenzie

Bird flu hasn't gone away. The discovery, announced last week, that the H5N1 bird flu virus is widespread in cats in locations across Indonesia has refocused attention on the danger that the deadly virus could be mutating into a form that can infect humans far more easily.

In the first survey of its kind, an Indonesian scientist has found that in areas where there have been outbreaks of H5N1 in poultry and humans, 1 in 5 cats have been infected with the virus, and survived. This suggests that as outbreaks continue to flare across Asia and Africa, H5N1 will have vastly more opportunities to adapt to mammals than had been supposed.

Chairul Anwar Nidom of Airlangga University in Surabaya, Indonesia, told journalists last week that he had taken blood samples from 500 stray cats near poultry markets in four areas of Java, including the capital, Jakarta, and one area in Sumatra, all of which have recently had outbreaks of H5N1 in poultry and people.

Of these cats, 20 per cent carried antibodies to H5N1. This does not mean that they were still carrying the virus, only that they had been infected - probably through eating birds that had H5N1. Many other cats that were infected are likely to have died from the resulting illness, so many more than 20 per cent of the original cat populations may have acquired H5N1.

This is a much higher rate of infection than has been found in surveys of apparently healthy birds in Asia. "I am quite taken aback by the results," says Nidom, who also found the virus in Indonesian pigs in 2005. He plans further tests of the samples at the University of Tokyo in February.

Amin Soebandrio, head of medical sciences at the Indonesian ministry for research and technology, confirmed the report. He says that the infection has also been found in dogs and cats on the Indonesian island of Bali, which has also had outbreaks of H5N1. The new findings follow reports that unusually large numbers of dead cats have been found near many outbreaks of H5N1. "Javanese farmers even have a word for the cat disease," says Albert Osterhaus of Erasmus University in Rotterdam, the Netherlands. It was Osterhaus's lab which in 2004 found that cats can catch the H5N1 virus. Like humans, some cats die, and some recover. But unlike humans, infected cats shed large amounts of the virus and pass it to each other.

Infected cats may not directly increase the danger of people catching the virus, as humans seem to catch the current strain only with difficulty even from birds, which they kill, pluck and eat. The main worry, says Osterhaus, is that as the virus replicates in cats it will further adapt to mammals and acquire the ability to spread more efficiently to people and from person to person, unleashing a human pandemic.

Nidom's findings are the first to indicate what proportion of cats can become infected by H5N1. No cats have been tested in Hong Kong or China. In Bangkok, Thailand, all the cats in one household are known to have died of H5N1 in 2004. Tigers and leopards in Thai zoos also died, while last year two cats near an outbreak in poultry and people in Iraq were confirmed to have died of H5N1, as were three German cats that ate wild birds. In Austria cats were infected but remained healthy (New Scientist, 18 March 2006, p 6).

Though Osterhaus says Nidom's figures must be confirmed, he says they aren't surprising, and is even encouraged that they aren't worse. A higher percentage of infected predators than prey makes sense, as each predator eats many prey animals. "At least that percentage shows the virus has not completely adapted to cats - yet," Osterhaus says. If it had, all cats in a stricken area should be infected, as with ordinary flu in humans.

Osterhaus emphasises that the cat infections still pose a potential threat. "We know the 1918 pandemic was a bird flu virus that adapted to mammals in some intermediate mammalian host, possibly pigs," he says. "Maybe for H5N1 the intermediate host is cats." If similar percentages of cats are infected at every outbreak location, there must have been many thousands of cat infections since the virus emerged, compared to 267 confirmed cases in humans. Every sick cat is a chance for the virus to adapt, and with renewed outbreaks this year in birds, people or both in China, Indonesia, Japan, South Korea, Hong Kong, Vietnam, Thailand, Egypt and Nigeria, it is getting plenty of such chances.

In the 1918 flu pandemic there was some intermediate mammalian host. For H5N1 that host could be cats

Killing cats won't solve the problem, Osterhaus warns. Like shooting wild birds, it is unlikely to have much impact and could send infected animals elsewhere. It would also lead to a population explosion of disease-carrying rodents, which the cats normally keep in check.

Killing cats won't solve the problem and would lead to a population explosion of disease-carrying rodents

"Cats must just be kept from eating sick chickens," Osterhaus says, though this will be a tall order in open-air markets across Asia and Africa, which are typically swarming with hungry cats. In Jakarta this week, officials are slaughtering thousands of banned backyard poultry - then handing them back for their owners to eat. Some of the birds could well be infected despite appearing healthy. It is hard to imagine the local cats not getting their share.

From issue 2588 of New Scientist magazine, 24 January 2007, page 6-7

quelques mots que je ne connais pas, mais on comprends le sens general
les chats trouvés en indo etaient juste porteurs d'anticorps, il y a eu un taux anormal de chats morts
ce qui signifie que bcq de chats ont été en contact avec le virus
cette etude est menée par le professeur NIDOM indonésie, commentée par le professeur OSTERHAUS
2 pointures

http://www.newscientist.com/article/mg19325883.800-deadly-h5n1-may-be-brewing-in-cats.html

trad ANNE

La grippe aviaire n'est pas partie.

 La découverte, annoncée la semaine dernière, que le virus H5N1 est répandu chez les chats dans des endroits à travers l'Indonésie a refocalisé l'attention sur le danger que le virus mortel pourrait subir une mutation dans une forme qui puisse infecter des humains bien plus facilement.
 [b]Dans le premier suivi de cette sorte, un scientifique indonésien a constaté que dans les secteurs où il y a eu des manifestations de H5N1 dans la volaille et les humains, 1 sur 5 chats ont été atteints du virus, et ont survécus[/b]. Ceci suggère que tandis que les manifestations continuent à "évaser" ( flare )  à travers l'Asie et l'Afrique, H5N1 aura énormément plus d'occasions de s'adapter aux mammifères que ce qu'il avait été supposé.
 Chairul Anwar Nidom de l''université d'Airlangga à Sorabaya, Indonésie, a dit aux  journalistes la semaine dernière qu'il avait pris des échantillons de sang provenant de 500 chats de rue  près des marchés de volaille de quatre secteurs de Java, y compris la capital, Jakarta, et un secteur dans Sumatra, qui a récemment eu des manifestations de H5N1 dans la volaille et les personnes. [b]De ces chats, 20 pour cent portaient  des anticorps H5N1. Ceci ne signifie pas qu'ils portaient toujours le virus, seulement cela ils avait été infectés - probablement en mangeant les oiseaux qui ont eu H5N1. Beaucoup d'autres chats qui ont été infectés sont susceptibles d'être morts de la maladie résultante, ainsi beaucoup plus  de 20 pour cent des populations originales de chat ont pu avoir acquis H5N1. [/b]

[b]
C'est un taux beaucoup plus élevé d'infection que ce qui 'a été trouvé dans les suivis  des oiseaux apparent sains en Asie.[/b] "je suis tout " aback"  pris par les résultats ( I  am quite taken aback ) ," dit Nidom, qui a également trouvé le virus chez les porcs indonésiens en 2005. Il projette d'autres  tests sur les échantillons à l'université de Tokyo en février.

Amin Soebandrio, chef des sciences médicales au ministère indonésien de la recherche et de la technologie, a confirmé le rapport. Il dit que l'infection a été également trouvée chez les chiens et les chats sur l'île indonésienne de Bali, qui a également eu des manifestations de H5N1. Les nouveaux résultats suivent des rapports comme quoi un grand nombre  inhabituels de  chats morts ont été trouvés près de beaucoup de manifestations de H5N1. les "fermiers javanais ont même un mot pour la maladie du chat," dit Albert Osterhaus de l'université d'Erasmus à Rotterdam,  Pays Bas.

C'était le laboratoire d'Osterhaus qui dans 2004 a constaté que les chats peuvent attraper le virus H5N1. Comme les humains, quelques chats meurent, et certains récupèrent. Mais à la différence des humains, les chats infectés lachent de grandes quantités du virus et se les passent entre eux. Les chats infectés ne peuvent directement pas augmenter le danger pour les gens d'attraper le virus, car les humains semblent attraper la souche courante et seulement  avec difficulté des oiseaux, qu'ils tuent, plument et mangent.
[b]Le souci principal, indique Osterhaus, est que si le virus se replique chez les chats , il s'adaptera ensuite aux mammifères et acquerra la capacité de se repandre plus efficacement aux gens  et de personne à personne, lâchant une pandémie humaine. [/b]
[b]Les résultats de Nidom sont les premiers à indiquer quelle proportion de chats peut devenir infectée par H5N1. Aucun chat n'a été examiné à Hong Kong ou en Chine.[/b] À Bangkok,  Thaïlande, tous les chats dans un ménage sont connus pour être morts de H5N1 en 2004. Les tigres et les léopards dans les zoos thaïs sont également morts, alors que l'année dernière deux chats près d'une outbreak dans la volaille et pres des personnes en Irak étaient confirmés pour être morts de H5N1, de même que trois chats allemands qui ont mangé les oiseaux sauvages. En Autriche des chats ont été infectés mais restés sains (new scientist , 18 mars 2006, p 6).
ien qu'osterhaus indique les chiffres de Nidom doivent être confirmés, il dit qu'ils ne sont pas surprenant et qu'il est meme  encouragé qu ils ne soient pas plus mauvais. Un pourcentage plus élevé de prédateurs infectés aurait alors du sens , car chaque prédateur mange beaucoup d'animaux de proie. "au moins ce pourcentage montre que le virus ne s'est pas complètement adapté aux chats - encore," Osterhaus indique.

S'il l'etait , tous les chats dans un secteur en détresse devraient être atteints, comme pour la  grippe ordinaire chez l'homme. Osterhaus souligne que les infections de chat constituent toujours une menace potentielle.
 "nous savons que la pandémie 1918 était un virus de grippe aviaire qui s'est adapté aux mammifères dans un certain hote mammifère intermédiaire, probablement des porcs," il dit.
 "peut-être pour H5N1 l'hôte intermédiaire est les chats."
Si des pourcentages semblables des chats sont infectés à chaque endroit d'outbreak , il doit y avoir eu beaucoup de milliers d'infections de chat depuis que le virus a émergé, comparés à 267 cas confirmés chez l'homme. Chaque chat malade est une chance pour que le virus s'adapte, et avec des manifestations " renewed " revenues  ? cette année chez les oiseaux, les personnes ou les deux en Chine, en Indonésie, au Japon, en Corée du sud, Hong Kong, au Vietnam, en Thaïlande, en Egypte et au Nigéria, il a plein de telles chances.
"dans la pandémie 1918 de grippe il y avait un certain hote mammifère intermédiaire.
Pour H5N1 que l'hôte pourrait être le chat
"tuer des chats ne résoudra pas le problème, Osterhaus avertit.
Comme tuer les oiseaux sauvages, il est peu susceptible d'avoir beaucoup d'impact et pourrait envoyer les animaux infectés ailleurs. Il mènerait également à une explosion de population des rongeurs porteurs de maladie, dont  les chats maintiennent normalement  le contrôle.
 le massacre des chats ne résoudra pas le problème et mèneraient à une explosion de population des rongeurs
les chats doivent juste être empechés de manger les poulets malades," dit Osterhaus , bien que ce soit un ordre grand ( a  tall order ) sur les marchés en plein air à travers l'Asie et l'Afrique, qui sont typiquement essaimés  avec des chats affamés.
À Jakarta cette semaine, des fonctionnaires abattent des milliers de volaille interdite dans les arrière-cour - en  les renvoyant pour que leurs propriétaires les mangent.
Certains des oiseaux ont pu etre infectés en dépit du fait de sembler sains. Il est difficile d'imaginer que les chats locaux n'en aient pas  leur part. Du numéro 2588 du nouveau magazine de scientifique, 24 janvier 2007, page 6-7



AD

Commenter cet article

Julie 27/01/2007 12:02

C'est plutôt étonnant !