quail, chicken and human story

Publié le par RJP

The quail and chicken intestine have sialyl-Gal sugar chains responsible for the binding of influenza A viruses to human type receptors

Abstract

The receptor specificity of influenza viruses is one factor that allows avian influenza viruses to cross the species barrier. The recent transmissions of avian H5N1 and H9N2 influenza viruses from chickens and/or quails to humans indicate that avian influenza viruses can directly infect humans without an intermediate host, such as pigs.

In this study, we used two strains of influenza A virus (A/PR/8/34, which preferentially binds to an avian-type receptor, and A/Memphis/1/71, which preferentially binds to a human-type receptor) to probe the receptor specificities in host cells.

Epithelial cells of both quail and chicken intestines (colons) could bind both avian- and human-type viruses. Infected cultured quail colon cells expressed viral protein and allowed replication of the virus strain A/PR/8/34 or A/Memphis/1/71.

To understand the molecular basis of these phenomena, we further investigated the abundance of sialic acid (Sia) linked to galactose (Gal) by the α2-3 linkage (Siaα2-3Gal) and Siaα2-6Gal in host cells.

In glycoprotein and glycolipid fractions from quail and chicken colon epithelial cells, there were some bound components of Sia-Gal linkage-specific lectins, MAA (specific for Siaα2-3Gal) and SNA (specific for Siaα2-6Gal), indicating that both Siaα2-3Gal and Siaα2-6Gal exist in quail and chicken colon cells.

 

Furthermore, we demonstrated by fluorescence HPLC analysis that Neu5Ac was the main molecular species of sialic acid, and we demonstrated by two-dimensional HPLC mapping and MALDI-TOF-MS analysis that bi-antennary complex-type glycans α2-6 sialylated at the terminal galactose residue(s) are major (> 79%) sialyl N-glycans expressed by intestinal epithelial tissues in both the chicken and quail.

Taken together, these results indicate that quails and chickens have molecular characterization as potential intermediate hosts for avian influenza virus transmission to humans and could generate new influenza viruses with pandemic potential.

full text free :

http://glycob.oxfordjournals.org/cgi/reprint/cwm038v1

Publié dans Documentation

Commenter cet article

anne 05/04/2007 13:49

trad  : en gros que cela dit que les poulets et les cailles ont de recepteurs 2.6 dans le colon.La spécificité de récepteur des virus de grippe est un facteur qui permet aux virus aviaires de grippe de croiser la barrière d'espèces. Les transmissions récentes des virus de la grippe H5N1 et H9N2 aviaires des poulets et/ou des cailles aux humains indiquent que les virus aviaires de grippe peuvent directement infecter des humains sans hote  intermédiaire, tel que des porcs. Dans cette étude, nous avons utilisé deux souches du virus de la grippe A : A/PR/8/34, qui se lie préférentiellement à un récepteur de type aviaire, et de l'A/Memphis/1/71, qui se lie préférentiellement à un  récepteurde type humain pour sonder les spécificités de récepteur dans les  cellules hôtes. Les cellules épithéliales des cailles et des intestins de poulet (colon ) pourraient lier le type humain et aviaire de virus. Les cellules de colon de caille cultivées et infectées ont exprimé la protéine virale et ont permis la réplication  de la variété de virus A/PR/8/34 ou A/Memphis/1/71. Pour comprendre la base moléculaire de ces phénomènes, nous avons étudié plus avant  l'abondance de l''acide sialique (Sia) liée au galactose (gal) par la liaison α2-3 (Siaα2-3Gal) et  Siaα2-6Gal dans les  cellules hôtes. Dans les fractions de glycoprotéine et de glycolipide des cailles et des cellules épithéliales des colons de poulet, il y avait quelques composants  Sia-Gal linkage spécifiques des lectines , MAA (spécifique pour Siaα2-3Gal) et de la SNA (spécifique pour Siaα2-6Gal), indiquant que Siaα2-3Gal et Siaα2-6Gal existent chez cellules du colon de  cailles et de poulet. En outre, nous avons démontré par analyse de fluorescence HPLC que Neu5Ac était la principale espece  moléculaires de l'acide sialique, et nous avons démontré par tracage ( mapping ) par CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE SOUS HAUTE PRESSION bidimensionnelle  et l'analyse   MALDI-TOF-MS  ( ? ) que le complexe de type glycan alpha 2 6 est le N glycan "      "  predominant ( exprimé à plus de  79% )dans  les tissus épithéliaux intestinaux de poulet et caille.Pris ensemble, ces résultats indiquent que les cailles et les poulets ont la caractérisation moléculaire en tant que hotes  intermédiaires potentiels pour la transmission  du virus aviaire aux humains et pourraient produire de nouveaux virus de grippe ayant  un potentiel pandemique.

anne 02/04/2007 16:05

merci richarddecidement c 'est de plus en pus tangent comme affaire..