l'oseltamir peut rendre les tests negatifs

Publié le par member

Les experts s'inquiètent du fait que les antiviraux peuvent masquer la grippe aviaire :
 24 août 2006 (nouvelles du CIDRAP) -

les experts en grippe aviaire de deux des pays ayant le plus de cas humains cas de la grippe H5N1 jusqu'ici -- le Vietnam et la Thaïlande -- avertissent que l'antiviral oseltamivir peut masquer l'infection et compliquer la détection par le laboratoire. Menno de Jong, un virologue d'une unité clinique de recherches de l''université d'Oxford dans la ville de H Chi Minh , Vietnam, dit aux nouvelles de Bloomberg cette semaine que la grippe aviairie peut etre non détectée chez les patients qui prennent la drogue des jours avant le test. Un diagnostic incorrect est problématique parce qu'il peut entraver la détection au debut, de la propagation de la maladie. Quelques pays répondent aux manifestations aviaires locales de grippe humaine H5N1 en distribuant l'oseltamivir aux citoyens locaux. Par exemple, le post  de Jakarta a rapporté cette semaine que le ministère de la santé de l'Indonésie avait distribué la drogue à 2.100 villageois à Garut, une zone dans Java occidental, Indonésie, où trois cas récents ont été documentés (un qui n'est pas encore dans le compte officiel de l'organisation mondiale de la santé ) et les autorités étudient la possibilité de transmission d'humain-à-humain. Des drogues antivirales telles que l'oseltamivir sont conçues pour réduire la durée de la réplication  virale et devraient être prises dans un délai de 48 heures apres le début des symptômes, conformément aux recommandations de l'OMS
.  Cependant, équipe de de Jong's, qui a observé 18 cas au Vietnam, a constaté que  les ecouvillons nasal et de gorge   prelevés chez des patients 48 à 72 heures après le debut du traitement par oseltamivir etaient incapable de détecter le virus.
Une étude des cas H5N1 vietnamiens dans une édition de septembre 2005 du journal de la Nouvelle Angleterre de la médecine a constaté que la preuve génétique du virus H5N1 ne pourrait pas être détectée dans des échantillons de gorge entre 2 et 15 jours (médiane 5.5 jours)  après le début de la  maladie. "si un patient est sous  l'oseltamivir 3 jours avant le premier ecouvillon pour le test diagnostique, ,il est possible le résultat soit négatif, mais que le patient soit  infecté," a  t'il dit à Bloomberg
 Pour empêcher la drogue de masquer une infection possible par  H5N1, il conseille que les patients subissent le test  avant ou peu après le debut du traitement par oseltamivir. L'obtention d'un écouvillonage  provenant du patient prend seulement quelques secondes et ne devrait pas retarder le traitement , dit de Jong .
En attendant, un fonctionnaire de santé publique en Thaïlande a exprimé les mêmes inquiétudes concernant des résultats  faux-négatifs possibles pour le virus aviaire H5N1 chez les patients prenant l'oseltamivir. Dans un article qui est paru dans the nation, un journal quotidien thaï, Paijit Warachit, directeur général du département des sciences médicales, a indiqué que les tests initiaux en laboratoire  n'ont pas détecté le virus de la grippe H5N1 dans les deux cas humains les plus récents du pays.
Warachit a indiqué que la progression de la maladie peut devenir davantage compliquée chez l'homme, chez lequel l'utilisation de l'oseltamivir pourrait compliquer les résultats de laboratoire des patients. Il a noté que la drogue peut empêcher seulement le virus de se repliquer, non de le détruire, et que peu de virus était dans la région respiratoire des patients lors du test. Lors les deux derniers cas thaïs, le virus aviaire  de la grippe s'est avéré etre situé plus profond dans le tractus respiratoire qu'il ne l''est typiquement avec  les autres virus de la grippe. Warachit a indiqué que le personnel médical a été  averti de sonder plus profondement pour obtenir un spécimen de test  complet.
 Depuis 2004  le ministère de la santé en thailande  a examiné plus de 4.000 personnes pour le virus de la grippe H5N1, avec un taux d'échec de 3%. Cependant, Warachit a indiqué que le taux d'échec a atteint 20% cette année. "nous devons continuer nos études pour voir si le virus deviendra de plus en plus plus difficile à détecter à l'avenir,"

Publié dans Medicaments

Commenter cet article