pile ou face ou courte paille?

Publié le par member RJP

signalé par le crofsblog

potential patients can't be separated on a "first come, first served" basis

WELLINGTON, New Zealand

An emergency room doctor flipping a coin ultimately may decide who gets drugs, a ventilator or hospital bed if a flu pandemic overwhelms available medical resources in New Zealand.

A set of criteria to prioritize scarce resources at a time of overwhelming demand was proposed Friday by Michael Ardagh, professor of emergency medicine at Christchurch School of Medicine, in an article in the "New Zealand Medical Journal."

His option of tossing a coin or drawing straws comes in at the point that demand is overwhelming.

Ardagh said that when potential patients can't be separated on a "first come, first served" basis, access to resources may have to be determined by "a process of equal and unbiased chance, such as tossing a coin or use of a ballot."

He says he is attempting to offer pragmatic guidance to assist health workers decide how to deny some patients access to resources when demand can't be met.

New Zealand authorities acknowledge that the health system will not be able to cope at the height of a severe influenza pandemic that could affect 40 percent of the country's 4 million people and kill 33,000.

While no one can predict when a pandemic may strike, the H5N1 strain of bird flu has killed at least 148 people worldwide since it emerged in Asia three years ago.

Experts fear the virus could mutate into a form that is easily transmitted from person to person, possibly setting off a flu pandemic.

Ardagh said medics should consider seven criteria for accessing resources before any coin is flipped or straw drawn.

Criteria one and two determine whether the drug, ventilator or other resource is appropriate for the patient and whether there is competition for it.

Three asks doctors to consider alternative treatments and four whether any patients can have treatment deferred without significant harm: if it can, "then it should be."

Five looks at expanding resources by shifting staff to augment acute care, while six considers whether other options could mitigate likely harm for those who may miss out. "Harm" is not defined.

Seven ranks those left by comparing their ability to benefit or help others. Being a health worker or having dependents likely could mean a higher ranking.

If patients can't be ranked, "then proceed to ... a process of equal and unbiased chance" — "tossing a coin or use of a ballot," he writes.

Ardagh notes that applying the criteria "will be made more palatable by transparency about (them) and how they are being applied."

He also urges public discussion of the criteria, saying that communicating them before they're needed will ease their application during a pandemic.

http://www.iht.com/articles/ap/2006/10/13/asia/AS_MED_New_Zealand_Pandemic_Demand.php

si vous êtes abonnés ... http://www.nzma.org.nz/journal/abstract.php?id=2256

 
 
 
 

Publié dans Documentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ad 13/10/2006 23:12

ca donne a peu pres cales neozelandais posent les bonnes questionsUn docteur des urgences renversant une pièce de monnaie  peut décider finalement qui obtient des drogues, un ventilateur ou le lit d'hôpital si une pandémie de grippe accable les ressources médicales disponibles en Nouvelle Zélande. Michael Ardagh, professeur a proposé vendredi un ensemble de critères pour donner la priorité aux ressources rares à la fois lors d'une demande écrasante de médecine d'urgence à l'école de Christchurch de  médecine, dans un article dans le "journal médical de la Nouvelle Zélande." Son option de jeter une pièce de monnaie ou de dessiner en l'air avec une paille arrive  au point que la demande est ecrasante. Ardagh a indiqué que quand des patients potentiels ne peuvent  être séparés sur la base  "venu en premier , servi en  premièr " , l'accès aux ressources peut devoir être déterminé par "un processus de chance égale et impartiale, telle que jeter une pièce de monnaie ou l' utilisation d'un vote." Il dit qu'il essaye d'offrir des conseils pragmatiques pour aider le personnel sanitaire a decider comment refuser à quelques patients l'accès aux ressources quand la demande ne peut  être satisfaiteLes autorités de la Nouvelle Zélande reconnaissent que le système de santé ne pourra pas faire face à la taille d'une pandémie grave de grippe qui pourrait affecter 40 pour cent de  4 millions de personnes et la mort de 30 000 personnes. Tandis que personne ne peut prévoir quand une pandémie peut frapper, la souche H5N1 de la grippe aviaire a tué dans le monde entier au moins 148 personnes depuis qu'elle a émergé en Asie il y a trois ans. Crainte d'experts que le virus pourrait subir une mutation dans une forme qui est facilement communiquée de personne à  personne,e. Les médecins dit Ardagh devraient considérer sept critères pour l'acces aux  ressources s avant que n'importe quelle pièce de monnaie soit renversée ou que la paille soit dessinée. Les critères un et deux déterminent si la drogue, le ventilateur ou toute autre ressource est approprié pour le patient et s'il y a concurrence pour elle. Trois : demande aux médecins de considérer des traitements alternatifs et quatre si les patients peuvent avoir le traitement reporté sans mal significatif : s'il peut, "alors il devra l'être." Cinq : regarder augmenter les ressources  en décalant le personnel pour augmenter les soins intensifs , alors que six : considère si d'autres options pourraient atténuer le mal probable pour ceux qui pourraient n'en pas beneficier. le "mal" n'est pas défini. Ces Sept rangs qui se suivent en comparant leur capacité de faire bénéficier ou  d'aider d'autres personnes. Être un ouvrier de santé ou avoir des personnes à charge peut probablement  signifier un rang plus élevé. Si des patients ne peuvent pas être rangés, "procèdent alors... un processus de chance égale et impartiale" -- "jetant une pièce de monnaie ou une utilisation d'un vote," il écrit. Ardagh note qu'appliquer ces  critères "sera rendu plus agréable  par la transparence  de ceux ci et la maniere dont ils seront appliqués." Ardagh notes that applying the criteria "will be made more palatable by transparency about (them) and how they are being applied." jai un doute sur la tradIl demande également un débat public sur les critères, disant que les communiquer avant qu'ils ne soient  nécessaires, rendra plus facile leur application pendant une pandémie.